Tous les services pour devenir franchisé
 
NORAUTO
Centre auto
 Apport nécessaire : 100 000 €
 Droit d'entrée : 20 000 €
NORAUTO
 

Norauto - Portrait d'expert en franchise : Thierry Rouvillain, responsable transmission franchise

Le 27 févr. 2020

Portrait d’expert en franchise :
Thierry Rouvillain, responsable transmission franchise

“J’ai un rôle de facilitateur entre le repreneur et le franchisé vendeur.”

Beaucoup de franchisés parlent en bien de Thierry Rouvillain, le responsable transmission franchise. Les mots que l’on entend le plus souvent sont “compétence”, “disponibilité” et “efficacité”. Il était plus que temps de nous intéresser de plus prêt à ce passionné par son métier ! Découvrez son interview !

Quel est votre parcours professionnel ?

Je connais très bien l’enseigne Norauto pour être passé par les différents métiers en centre, puis en direction régionale. En 2005, j’ai pris un poste de directeur régional à la franchise avec pour principale mission l’accompagnement des franchisés. J’ai rapidement identifié un besoin de coaching au niveau du réseau lorsqu’un franchisé décide de vendre son affaire. En 2016, Norauto a décidé de créer un poste de responsable de cession pour faciliter les transactions.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre métier ?

J’ai un rôle de facilitateur entre le candidat à la franchise et le franchisé cédant. Je fais l’intermédiaire pour qu’aucun des deux protagonistes ne soit plus avantagé que l’autre. D’autre part, je participe activement au recrutement des candidats à la reprise de franchise. Mon métier est complémentaire avec celui des développeurs, ma mission est de maintenir le maillage de la marque Norauto sur l’ensemble du territoire.

“J’identifie rapidement les forces et les faiblesses de mes futurs repreneurs, ce qui me permet de leur proposer des solutions concrètes.”

Comment êtes-vous informé qu’un franchisé souhaite céder son affaire ?

Les directeurs de secteurs me préviennent : ils sont les premiers informés car ils suivent les franchisés au quotidien. Quand un franchisé exprime le souhait de vendre son centre, son directeur de secteur est le premier interlocuteur à l’aider à sa prise de décision et l’informe sur la procédure. Quand la décision de vendre est ferme et définitive, on demande également au franchisé d’être proactif dans la recherche de candidats.

Quelles sont vos forces pour mener à bien vos missions ?

Je connais bien mon métier et avec l’expérience, j’identifie rapidement les premières pistes d’amélioration d’un magasin, ainsi que les leviers à activer pour que la reprise soit une réussite. Mon métier demande de savoir s’adapter à la personnalité de chacun, chaque situation est différente, c’est passionnant ! À chaque dossier, j’apprends de nouvelles choses qui soulèvent de nouvelles problématiques à résoudre.

Mon métier requiert une grande force de persuasion et de la patience. Je fais en sorte que les choses avancent car il y a beaucoup de moments d’inertie dans une reprise. Je m’appuie sur mon expérience et mon contact avec les collaborateurs de Norauto pour faciliter les synergies avec tous les services. 

“La valeur d’une entreprise, c’est son personnel.”

Comment estimez-vous le prix d’un centre en reprise ?

Après avoir analysé le centre auto en question, je procède à une pré-visite où le cédant et moi-même déterminons les différentes méthodes d’évaluation et des prix-marché pratiqués. L’objectif de ce premier rendez-vous est vraiment de déterminer si la reprise est envisageable et ses conditions de cession. Pour cela, j’évalue la compétence des hommes, la qualité globale du centre, les résultats économiques. De son côté, le franchisé réalise sa propre estimation, généralement avec son comptable. Enfin, nous trouvons un compromis pour définir au mieux le prix souhaité par le vendeur et le prix d’acquisition par l’acquéreur. 

“Les gens bien formés se donne toutes les chances de réussir.”

Comment se passe ensuite l’accompagnement d’un repreneur ?

Je leur propose une collaboration avec des cabinets d’experts-comptables, des courtiers, des banques, des assurances en leur offrant la possibilité de travailler avec les partenaires Norauto. Mais bien entendu, le futur repreneur reste libre de choisir ! Je l’assiste dans le montage du Business plan, qu’il écrit avec son comptable pour valider la pertinence de réussite de son projet. Clarifier, faciliter et rassurer : tel est mon rôle. Bien entendu, je les épaule dans toutes leurs démarches en leur apportant toutes les informations nécessaires à la prise de décision. C’est un véritable travail d’équipe !

Ensuite, pour définir la stratégie de l’entreprise, j’aide le repreneur à identifier les leviers de croissance de sa future entreprise, toujours en déterminant les forces, les faiblesses, les menaces et les opportunités de l’entreprise. 

La majeure partie du temps, nous devons focaliser notre attention sur l’humain, car le rachat d’un fonds de commerce implique de travailler avec l’équipe déjà en place. La valeur d’une entreprise, c’est son personnel : c’est lui qui assure un niveau de chiffre d’affaires.

Enfin, je travaille à un plan de formation avec le directeur de secteur. Cette étape est très importante car les gens bien formés se donnent toutes les chances de réussir. La formation dure de 3 à 4 mois car la reprise d’un centre auto est un exercice beaucoup plus exigeant que la création.

Justement, quelles sont les qualités indispensables au métier de responsable transmission franchise ?

Il est primordial d’aimer les gens. J’exerce un métier qui demande beaucoup d’écoute, de réassurance et de patience. Il est indispensable de laisser les repreneurs s’approprier leur projet de reprise en respectant leurs compétences et leur rythme. Les repreneurs et les cédants ont besoin d’être écoutés, c’est un énorme changement dans leur vie. Alors, je me rends disponible. C’est là toute la philosophie de Norauto : on vit une aventure humaine avant tout !

Icone partage sur VIADEO